Attends Miyuki, une bonne idée cadeau pour vos enfants ou pour vous-même. Car il n’y a pas d’âge pour apprendre la patience.

Attends Miyuki est un conte plein de charme pour apprendre à vivre dans l’instant en savourant le moment présent. À travers ce bel album, Roxane Marie Galliez évoque une histoire de transmission avec un joli message à retenir, plein de sagesse :” La vie passe tellement vite, si on ne s’arrête pas pour la regarder de temps en temps, on pourrait la manquer ”

« Bonjour, dit-elle, 

pardonnez mon retard s’il vous plaît, 

je rêvais du printemps. »

Les illustrations originales, inspirées de la culture nippone, sont mises en valeur  à travers l’origami. Et c’est bien grâce à ses dessins, venus d’ailleurs, que ce livre se distingue et nous fait voyager. Aussi poétique que les illustrations, le texte nous invite à déconnecter lors d’une promenade de page en page.

Attends Miyuki

Nous vous souhaitons de très joyeuses fêtes de fin d’année. Que la patience, la zen attitude, la contemplation soient avec vous et votre famille toute l’année !

Brève présentation de « Attends Miyuki » par l’Éditeur 

Terre bleue et lune orange, le printemps s’habille pour sa première aube de l’année. Le jardin s’éveille et Miyuki, pieds nus, déjà levée, court en riant entre les travées. Vite vite, elle inspecte et s’assure que tout le monde est prêt. « Grand-Père, lève-toi, vite vite, lève-toi ! Le jour s’est réveillé avant toi ! »

La petite fille et son grand-père sortent saluer chaque fleur qui s’ouvre. Mais dans la mousse, une petite fleur paresse, ensommeillée, semblant ignorer le printemps qui chante. Son grand-père a beau lui expliquer que toutes les fleurs ne dansent pas au même moment, Miyuki est bien impatiente de voir la fleur éclore ce matin. Alors elle court de-ci, de-là, en quête de l’eau la plus pure pour réveiller son bouton. Mais le puits est vide, le nuage blanc ne veut pas faire tomber la pluie, la cascade est trop forte… Tant d’efforts, toute cette course, et quand le soir tombe, Miyuki, épuisée, loin de chez elle, n’a point d’eau. Une rivière va pourtant la ramener chez elle. Sa jolie fleur s’ouvrira-t-elle le lendemain ?