nichoir

Un nichoir offre une aide précieuse aux oiseaux du jardin, vite à l’aise dans leur nouveau logement… s’il est conforme à leur goût.

Pour accueillir leur progéniture ou se mettre à l’abri du froid, les oiseaux ont besoin d’un abri, un nichoir, parfois difficile à se procurer. Seule une vingtaine d’espèces recherche une cavité pour nicher et sera à même d’occuper les nichoirs placés dans les parcs et jardins, mais ne croyez pas que n’importe quel logis fera leur bonheur !

 JE M’ABONNE AU MAGAZINE ESPRIT D’ICI !

Même si ces hôtes occasionnels font preuve d’une remarquable faculté d’adaptation face aux nombreux modèles de nichoirs qui leur sont proposés. Bûche creuse, nichoir en bois type boîte à lettres, à balcon, en béton de bois, pot de fleur, pot de terre… Leurs formes et matériaux variés correspondent aux attentes de chaque espèce. Avant de créer une construction adaptée aux futurs locataires, il faut observer et copier la nature dans ses moindres détails, en étudiant leurs mœurs et leurs modes de reproduction. Installer ces maisonnettes a pour but premier de favoriser la nidification des oiseaux dits cavernicoles (ils recherchent l’obscurité pour nicher) qui ont souvent du mal à trouver des sites naturels. Et, de son côté, le jardinier appréciera très vite ces précieux auxiliaires, fort utiles pour éliminer un nombre considérable d’insectes indésirables au jardin.

Quels nichoirs pour quels oiseaux ?

En dehors de la période de nidification, les nichoirs jouent également le rôle de dortoir en hiver, par exemple pour le troglodyte mignon, ou de chambre à coucher individuelle pour les mésanges. Pour abriter ces hôtes de passage, il faut y mettre les formes. Pour la plupart des espèces de petite taille, c’est l’ouverture du nichoir, ou trou d’envol, qui va influencer leur choix, de même que la situation et la hauteur de fixation. Le confort intérieur et l’architecture du nichoir seront aussi importants. Le torcol fourmilier et le gobe-mouches noir se sentent à l’aise entre 1,50 m et 3 m du sol dans une bûche creuse qui imite les cavités d’arbres, à condition que l’orifice soit de 32 à 34 mm. La mésange bleue s’y plaît aussi mais ne dédaigne pas, comme la mésange charbonnière, un nichoir classique « boîte aux lettres » ou en béton de bois. Ce matériau isolant à base de sciure de bois et béton régule la température et l’humidité intérieures tout en réduisant la condensation. La mésange noire et la mésange huppée acceptent tout style de nichoir à proximité de conifères. À la différence de la mésange nonnette qui préfère une bûche creuse à orifice étroit (26 mm). La sittelle torchepot, seul oiseau d’Europe à descendre le long des troncs la tête en bas, occupe indifféremment un nichoir boîte aux lettres, à balcon, ou intégré dans un mur. Le rougequeue à front blanc, un petit turdidé d’aspect élégant et coloré, loge volontiers dans un pot en terre cuite ou en bois de bonne dimension… Et si vous prépariez la résidence des passereaux en visite au jardin ?